10.5.08

L’opposition fait chier et d’ailleurs elle n’a plus le choix

Voila, « l'Homme d'Etat » du sérail vient de faire son Bouhouhou officiel et qui, comme d’habitude, se présente comme celui d’une belle âme patriotique mais qui craint dieu et le cite coran en main (et donc profondément sectaire et conservatrice), moderne et pacifiste car elle invite les citoyens à se démarquer de l’attitude barbare par la manifestation sur les balcons (qu’est ce qu’ils vont encore nous inventer pour neutraliser la vrais attitude de révolte chez les citoyens ? la révolte du pop corn ?) et absolument illogique, basée sur un oubli systématiquement organisé chez les citoyens de ce qui faisait la logique du jeu politique car instaurant le jeu politique de l’oubli :
Ainsi le problème des armes du Hezbollah s’était posé avant les derniers événements comme légitime, dans sa chronologie des événements, alors que ce volet avait été clos dans l’unanimité lorsque la stupide table du dialogue se disputait sur la question du tribunal international. Car monsieur a bien besoin de légitimité.
Et malgré tout, malgré l’état du pays, malgré la gravité des enjeux, monsieur se trouve toujours quelques secondes de plus pour exercer son snobisme contre le « camp d’occupation de l’opposition » et demander à l’armée de vider le centre de la ville. Ils les tuent tellement ce camp de l’opposition !!! La niaiserie et l’aliénation de la classe politico-économique dirigeante ont atteint des proportions démesurées !
Mais derrière tout ce spectacle il ne faudrait voire qu’une seule chose : une machine entièrement et absurdement consacrée à la division sectaire de la société. Ce en quoi se résume le message de Sanyoura, c’est « je n’ai pas de solutions, je n’ai qu’obstination… à rien, soyez homogènes ». La finalité de tout son discours, c’est l’éveils des « sens » qui n’a pour sens que la fermeture du groupe à toute discussion voire à tout rapport concret avec la réalité. La « ville adorée de Beyrouth », « l’aéroport international de Rafiq Hariri » que de références vides et donc manipulables citées par ce symbole du vide et de la manipulation.

Et pourtant…
Comme l’indique les articles de Ibrahim Al-Amin ou Jean Aziz et, s’il se trouve vrais qu’Al-Akhbar soit le porte parole de l’opposition, comme le veut leurs critiques, l’ambition mesquine et médiocre de cette opposition ne pourra que décevoir et prouver la nullité de cette opposition. Car si c’est bien un champ des possibles du point de vue de l’opposition que présente Jean Aziz dans ses anticipations de scénarios de la crise, aucun ne s’inscrit avec une vraie politique nationale de résolution de problèmes nationaux.
Pourquoi neutraliser le Haririsme dans les rues alors que le vrais danger (et pas que la puissance) du Haririsme se trouve dans son réseau médiatique ?
De deux, l’opposition ne réfléchit-elle pas aux conséquences de son dernier tour de force sur le champ fertile du communautarisme à Beyrouth entretenu durant les 3 dernières années par le Haririsme et sa machine médiatique ?

Si elle s’obstine dans son conservatisme, l’opposition perdra les prochaines élections législatives, perdra 4 années en plus, mais aussi décevra comme il est de coutume au Liban, ces milliers de personnes qui depuis des années descendent dans la rue, se disputent avec leurs ami(e)s et collègues au travail, s’emportent, se passionnent, pour avoir cru que quelqu’un leur offrirait un jour, dans les décennies, une vie qui vaille la peine. Elle sera aussi traître que l’Ordre, car complice à la trahison et car elle aura rempli la place qui reviendrais à ceux qui ne cherchent pas à perdre le temps des gens.

12 commentaires:

shlon a dit…

Pourquoi neutraliser le Haririsme dans les rues alors que le vrais danger (et pas que la puissance) du Haririsme se trouve dans son réseau médiatique ?

shlon a dit…

c tout dit :)

shlon a dit…

et c ce qui m'a fait poser la question suivante:

si le hez, d'habitude plus clairvoyant que ça en ce qui concerne l'image publique (ou la perception de celle-ci) de ses actions / prises de positions, a décidé de faire un pas en avant sur le champ de mines de "l'utilisation des armes contre l'intérieur", au grand bonheur et à la jubilation de walid "beik" (pour ne pas fâcher Suleiman Pacha, l'analphabète d'Ehden), celà ne peut vouloir dire qu'une seule chose: un événement bien plus gros ne va pas tarder à fleurir...

ce n'est pas peu inquiétant...

Begger a dit…

Au delà de ça, ce n'est pas le fait que le hezb s'en soit contrebalancé de son "image" et qu'il ait utilisé des "armes en interne" qui fait peur des évènements à venir. C'est le fait que l'imbécile de siniora a décidé de faire virer l'officiel de l'armée sans visiblement avoir consulté les personnes concernées dans l'armée, c'est le fait que cet imbécile ait décidé de faire des reproches à l'armée à la télé, et c'est le fait que le hezb a jugé nécessaire de plier bagage juste après, preuve qu'ils en ont réellement après l'armée. Ces connards ont mis le doigt où il le fallait. Et c'est chaud au point d'avoir calmé le hezb.

S.

Begger a dit…

which means, malgré tout : first round, 14 mars. Soit l'armée et le hezb se rentrent dedans, soit on désintègre en la présentant comme un "élément chiite".
On est foutuuuuuuuuuus

S.

Mick a dit…

"Basé sur" n'est pas une expression francaise; Ce n'est rien de plus qu'un anglicisme dérivé de l'expression "based on". Veuillez revoir vos lecons de grammaire avant de jouer au malin intellectuel.

Merci

R. Salloum

alhaqid a dit…

S., tu as peut être raison.

Mick ou R. Salloum, tu m'ennuies.

Mick a dit…

"peut-etre", avec un trait d'union.

Amicalement,

R. Salloum

S. a dit…

"peut-être" avec accent circonflexe, ducon

Bien cordialement,
S.

Mick a dit…

avec "un" accent circonflexe, cher monsieur.
Mon clavier anglophone ne me permet malheureusement pas l'usage d'accents.

Bien a vous,

R. Salloum

shlon a dit…

S.Begger: "et c'est le fait que le hezb a jugé nécessaire de plier bagage juste après, preuve qu'ils en ont réellement après l'armée. Ces connards ont mis le doigt où il le fallait. Et c'est chaud au point d'avoir calmé le hezb."

sorry, moi y'en a pas comprendre :-\

Mick R. Salloum >> si t'as comprix ceu ke ve dire Haqid, eh bhen cé bón.

Pour les court de grandmère, envoie ton cévés à une écolle primaire :) on t'i prndrais peut-être basé sur tes conéssences profonde en la mattiaire et tu y ferét peut-être karièr kissé...

S. a dit…

Ya shlon, moi y'en a t'expliquer :)
ce que je voulais dire c'est que qd les critiques de siniora et co ont commencé à perler, ça s'est calmé à Bey, et qu'en gros, pour éviter des problèmes d'ordre 'confessionel' et de 'neutralité', comme on en voit mainnant du côté Siniora, le hezb n'avait pas le choix s'il ne voulait pas qu'il y'ait une crise à ce niveau (ce qui va se passer de toute façon à mon avis). Je peux avoir tort mais depuis les critiques à l'égard de l'armée ont augmenté... Shais pas, je l'ai perçu comme ça.
En meme tps, comme tu l'as dit je papote sur mon clavier à 4h de vol de Beyrouth so ...
Btw, je t'ai balancé un mail, je ne sais pas si tu l'as vu :S

S.