27.7.06

La Enne bi enne fait de la censure!

Se rendant compte que des centaines de citoyens appelaient la chaine de tv d'Isteuz Nabayh pour charmoutiller gentiment le jeune Saad ed Din el Hariri, la NBN, brillant joyau de la civilisation et de la Liberte d'Expression, applique d'une main de fer le "Cut" live, des qu'un citoyen grognon fait mine de vouloir gicler sa chiasse sur Hariri ou la Future Tv, ainsi que les freres Saoudiens [qui organisent une grande tombola televiseee pour collecter des fonds aux pauvres libanais] [mais non, ils n'ont pas refuse un arret immediat des violences!] [mais non, qui t'a dit ça?].

Un fier pays, un fier peuple, vous dis-je!
[Ah, et vous avez vu Kalam el Nas?]

4 commentaires:

plancton a dit…

Non, mais par contre j'ai suivi dimanche soir un talk-show sur la LBC (chaîne que je ne regarde pratiquement jamais, d'autant plus que j'ai horreur des talk-shows politiques locaux). C'était la première fois DE MA VIE où j'ai été capable de suivre ce genre émission (jusqu'à coupure du courant…). Je n'en revenais pas: c'était à la fois intéressant ET intelligent. Je ne sais pas comment s'appelle l'émission, mais il y avait 4 invités: un libanais en studio, un séoudien, un iranien et un américain dans leurs pays respectifs (on pouvait les voir tous dans un même split-screen), et elle est animée par une femme.

Pendant tout le temps où je suivais le show, je ne pouvais arrêter de penser à l'article paru dans Libération, posté par chapichapo, en réponse au post de shlon "Les singes de la diaspora", où il était question de l'inversion des discours, rhétorique versus dialectique. En effet, j'étais si agréablement surprise par la cohérence et consistance des propos tenus par les 3 invités arabes. Pour moi, c'était une première dans un talk-show politique local, où le discours des invités est généralement la même ritournelle emplie d'images stupides pour exprimer des idées encore plus stupides, bien entendu après avoir fait la traditionnelle "barmet el 3arouss" pour arriver au point essentiel...
Cette fois-ci, ce rôle-là était brillament tenu par l'invité américain, qui se perdait dans les circonvolutions d'un discours qui au final, ne voulait rien dire. Où plutôt si: il fallait toujours en venir aux mêmes idées, quelle que fût la question posée, ou le sujet soulevé par les autres invités. C'était si ridicule que je ne pouvait m'empêcher de rire (jaune bien sûr), car j'avais l'impression que le mec était comme une cassette pré-enregistrée, il qu'il suffisait de presser play à chaque fois où il avait la parole, et d'arrêter à n'importe quel moment, on s'en fout puisqu'il redira le même baratin au prochain play…

C'était du pur rhétorique vs. Dialectique en live!

shlon a dit…

Tu veux dire que tu étais si agréablement surprise par la cohérence et consistance des propos tenus par les 2 invités arabes, ainsi que le perse... Eh, il y a de quoi être surpris :) c'est normal, et ça n'arrive pas tous les jours. dans les cas des arabes en tout cas. Les iraniens, eux, se démerdent bien mieux que ce qu'ils appelaient jadis "les mangeurs de lézards" en référence aux chabab...

Bref, en gros, dès le début, les ricains+israel n'avaient absolument rien de sérieux comme motifs pro-guerre.

Mais au fur et à mesure, nous, "les phéniciens & co", leur donnons les meilleurs arguments. Un par un. De sorte que leurs apparitions télévisées prennent de plus en plus la tronche d'un film made in hollyw à partir de la 87eme minute.

Anonyme a dit…

Ils ont oublier une depeche qui prouve que tous les syriens ne sont pas des laches:

Un ouléma syrien appelle le gouvernement de Damas à ouvrir le front du Golan

21 July 2006
Agence France Presse
French
Copyright Agence France-Presse, 2006 All reproduction and presentation rights reserved.
DAMAS, 21 juil 2006 (AFP) -

Un influent ouléma syrien a appelé le gouvernement de Damas à ouvrir le front du Golan contre Israël lors de la prière du vendredi, marquée par une violente diatribe contre l'Occident.

Ces prières ont été suivies de manifestations de soutien au Hezbollah à Damas, au cours desquelles des drapeaux israéliens ont été brûlés.

"Nous appelons à une nouvelle résistance dans le plateau du Golan. Nous sommes prêts à prendre les armes" a déclaré d'une voix rauque le cheikh Salaheddine Kaftaro, fils de l'ancien Grand mufti de Syrie et président de la fondation Ahmad Kaftaro.

La fondation, qui dirige une centaine d'écoles coraniques en Syrie, dispense des cours de jurisprudence islamique

"Je lance un appel au président Bachar al-Assad et au président iranien Ahmadinajad à ouvrir les frontères et à déclencher une résistance contre Israël dans le Golan".

Kaftaro a violemment dénoncé les prises de positions "pro-israéliennes" de George Bush, Tony Blair et Javier Solana, qualifiés de "croisés méprisants".

L'ouléma syrien n'a pas ménagé l'Onu et le Conseil de Sécurité, accusés de "conspiration en faveur de l'ennemi sioniste".

Plusieurs manifestations sporadiques ont rassemblé des centaines de fidèles qui scandaient des slogans en faveur du président Bachar al-Assad et du chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah.

Des foules en colère ont ensuite brûlé des drapeaux israéliens.

Répondant aux accusations relatives au soutien au terrorisme formulées par les Etats-Unis, Cheikh Kaftaro a affirmé que "si défendre sa partie relève du terrorisme, alors j'ai l'honneur de dire que nous sommes tous des terroristes!"

Le président américain George W. Bush a accusé mardi la Syrie de tenter de "revenir" au Liban via son soutien au Hezbollah.

"La racine du problème est le Hezbollah et il doit être réglé. Cela peut être fait internationalement en disant clairement à la Syrie qu'elle doit cesser de soutenir le Hezbollah", a déclaré à des journalistes M. Bush.

plancton a dit…

Brillante la solution!