7.6.06

Le Anjar-charnier

Le charnier de Anjar serait tout simplement, aux dernières nouvelles, un cimetière familial datant du XVIIe siècle. Les dernier corps y auraient été enfouis il y a une cinquantaine d'années.

Encore heureux que le câble piraté ait encore de beaux jours devant lui; les séries policières ricaines et autres documents académiques et culturels devraient être programmés au cursus d'étude de l'École des Officiers, Hazmieh. Ça pourrait toujours servir, hein, même s'ils sont déjà assez malins, nos spécialistes de la défense du citoyen, de la femme et de l'enfant, de l'orphelin et du trilliardaire.

9 commentaires:

JoseyWales a dit…

Degoutant.

Si c'est vrai, c'est d'une incompetence incroyable: des mois pour decouvrir que c'etait un cimetierre? L'idiot du village aurait pu les renseigner le jour meme ou le lendemain.

Sinon, c'est pire: traitrise, lachete, irresponsabilite a l'extreme. On en a l'habitude.

Le citoyen est pris pour un con (avec raison).

Dr Victorino de la Vega a dit…

J’ai écris un petit papier à ce sujet dans la langue de l’impérialisme global:

You may recall that in the days following President Bush’s “March 14 2005 Cedar Revolution” that “freed Lebanon from years of Syrian occupation” (the Syrian occupiers in question having been “invited” to conquer all of Lebanon in October 1990 by none other than a certain George H. Bush…), the Neocon/Saudi controlled press in Washington and Beirut started to run graphic stories depicting the “horror of mass graves found in eastern Lebanon” where Syria’s “Baathist thugs” allegedly abandoned the corpses of their innocent Lebanese victims.

Back then, Dick Cheney and Donald Rumsfeld said they were “not surprised” for this only confirmed the “totalitarian nature of Syria’s Baathist regime”, and echoed (a little too neatly) the sudden apparition of other mass graves “discovered” coincidently in the middle of the Iraqi desert by intrepid albeit “embedded” US journalists…

Well, it turns out it was all fake:
“A burial site in eastern Lebanon originally believed to be a mass grave for victims of Syria's military presence is actually a graveyard dating to the 17th century, a Lebanese prosecutor said in a statement published Wednesday”.

In Iraq, as in Syria and Lebanon, the easiness with which the Pentagon’s professional propagandists were able to fool a complacently hapless press corps tells us a lot about the sorry state of our once independent media: with a few notable exceptions such as Seymour Hersh, Maureen Dowd, and Justin Raimondo, the quality of US journalism has gone down the drain.

And, contrary to what people say, European and Arab journalism are in an even worse state…

Cette dernière phrase est en fait un hommage cryptique au grand Ziyad Makhoul
: ))

gabrielf a dit…

vaega !!! hilarantes tes prestations sur lebanonheartblogs.blogspot.com !!!

Dr Victorino de la Vega a dit…

Le pire est que cette pauvre demeurée de Linalone (dont le profil indique pourtant qu’elle frénçaouiphone) n’a toujours pas compris la bonne blague involontaire de « l’authentique journaliste française » de la revue Al-Magazine d’Achrafiyyeh, qui ne fait jamais de faute de syntaxe parcequetucomprendselleestfrançaised’origine !

Après on s’étonne qu’il y ait des abrutis qui votent pour les cheikhs d’opérette autoproclamés à barbiche (Saad) et/ou à brushing (Sami)

Pauvre Liban…

JoseyWales a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
JoseyWales a dit…

Et Vicretino,

Si, tres grand si, ca s'avere vrai l'histoire du cimetierre, c'est evidemment une raison pour faire du "cutting and pasting" attaquant Cheney et blanchissant le regime Syrien.

N'importe quoi.

PS Exception/regle: Pour une fois tu as raison: betises Magazine/blogueurs.

shlon a dit…

Oserais-tu, cher JoseyW, douter de la parole du Grand Saïd Mirza en personne?

C'est d'ailleurs sorti dans tous les torchons nationaux, y compris le "seul libanais d'expression française".

chapichapo a dit…

Sur une main, tant mieux que ca ne soit que faribole et bilvesées car sinon cela aurait ouvert la boîte de Pandore du "Et moi aussi j'ai des charniers cachés !!!" de chaque communauté... avec toute la surenchère dont elles sont capables...

Sur l'autre main par contre, cela nous rappelle, outre le caractère hautement inflammable de ce peuple, son insondable crédulité nevrotique devant tout acte d'horreur genre "c'est tellement horrible que j'ai envie d'y croire car après tout poliquement ca m'arrange bien...", et donc c'est effectivement consternant...

chapichapo a dit…

hmmm...

politiquement bien sur...