18.11.05

Discours d'Alexandre Lukashenko à la 60e session de l'ONU (15 septembre 2005)

Un discours intéressant du président bélarusse Alexandre Lukashenko à l'ONU, peut-être un des rares présidents des dites républiques et autres monarchies du globe à redouter très sérieusement l'unipolarité de plus en plus... frappante, du système politico-économique de ce monde.

En anglais / sur le site officiel de ce bonhomme [en pleine campagne électorale à l'heure qu'il est / et en conflit diplomatique avec les américains / heureusement, il n'aurait peut-être pas tant fait mouche si son régime faisait l'amour avec George W.]

4 commentaires:

John a dit…

Son dicours est très éloquent et très convaicant! Reste à savoir si lui respecte vraiment les droits de l'homme dans son pays! Reste à savoir si lui respecte ses prisonniers! Reste à savoir si lui ne fait pas partie de ses tyrans élu à 99% du suffrage universel comme la plupart des despotes dans le monde arabe...

shlon a dit…

Entendre dire ce qu'il dit est déjà bien pour les mémoires atrophiées. Le point de l'unipolarité dangereuse du monde est le point essentiel. À part ça, il est bien entendu que le mec a de grandes chances d'être un petit con style 99% :)

À l'époque de l'Union Soviétique, ça n'est pas que le boucher mégalomane Joseph S. avait bien appliqué les théories de l'idéologue boucher Lénine, mais l'existance de cette puissance militaire avait de quoi dissuader les autres de n'en faire qu'à leur tête.

Aujourd'hui, les USA n'en font qu'à leur tête, appliquent la démocratie et tous les concepts qui s'ensuivent comme le moment les inspire, dépendamment de là où se trouve le pétrole, et celà n'arrête pas la course à l'armement. Sauf que la course, c'est les USA seuls qui la mènent, tranquille.

Attendons le réveil de la Chine.

John a dit…

La réponse à la question:
(5 Decembre 2005)

Une loi pour éviter toute "révolution orange" en Biélorussie


Reuters


Le parlement biélorusse a largement approuvé une loi visant à prévenir toute "révolution" à l'ukrainienne ou à la géorgienne.


© Reuters
Les députés ont approuvé vendredi par 97 voix pour et quatre contre un texte prévoyant de lourdes sanctions contre toute personne reconnue coupable d'avoir favorisé des manifestations, adhéré à des organisations illégales ou répandu des informations de nature à nuire aux intérêts nationaux.
Le président Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, entend briguer un nouveau mandat lors de l'élection de 2006. Crédité par les sondages d'un taux de popularité de l'ordre de 70%, Loukachenko, auquel l'Occident reproche son style autocratique, semble authentiquement populaire, notamment dans les campagnes.
Evoquant la loi adoptée, le chef des services de sécurité biélorusses, le KGB (qui a conservé l'acronyme soviétique), l'a jugée absolument appropriée pour faire face à la situation de la Biélorussie d'aujourd'hui.
"Les opposants ont le droit d'avoir leurs opinions mais ils doivent les exprimer dans des limites qui ne portent pas atteinte à notre pays", a déclaré son chef, Stepan Soukhorenko.
Le département d'Etat américain a exhorté le parlement biélorusse à revenir sur sa décision et à rejeter ce texte. "Adopter de telles lois, contraires à la démocratie, pourrait avoir de graves conséquences pour les autorités biélorusses", a déclaré son porte-parole, Sean McCormack.

shlon a dit…

Évidemment, c'est un humain, après tout...