24.7.06

Les 11 règles de la bienséance journalistique

Règle numéro 1 : Au Proche Orient, ce sont toujours les arabes qui attaquent les premiers et c’est toujours Israël qui se défend. Cela s’appelle des représailles.

Règle numéro 2 : Les arabes, Palestiniens ou Libanais n’ont pas le droit de tuer des civils de l’autre camp. Cela s’appelle du terrorisme.

Règle numéro 3 : Israël a le droit de tuer les civils arabes. Cela s’appelle de la légitime défense.

Règle numéro 4 : Quand Israël tue trop de civils, les puissances occidentales l’appellent à la retenue. Cela s’appelle la réaction de la communauté internationale.

Règle numéro 5 : Les Palestiniens et les libanais n’ont pas le droit de capturer des militaires israéliens, même si leur nombre est très limité et ne dépasse pas trois soldats.

Règle numéro 6 : Les israéliens ont le droit d’enlever autant de palestiniens qu’ils le souhaitent (environ 10000 prisonniers à ce jours dont près de 300 enfants). Il n’y a aucune limite et n’ont besoin d’apporter aucune preuve de la culpabilité des personnes enlevées. Il suffit juste de dire le mot magique "terroriste".

Règle numéro 7 : Quand vous dites "Hezbollah", il faut toujours rajouter l’expression « soutenu par la Syrie et l’Iran ».

Règle numéro 8 : Quand vous dites "Israël", Il ne faut surtout pas rajouter après : « soutenu par les Etats-Unis, la France et l’Europe », car on pourrait croire qu’il s’agit d’un conflit déséquilibré.

Règle numéro 9 : Ne jamais parler de "Territoires occupés ", ni de résolutions de l’ONU, ni de violations du droit international, ni des conventions de Genève. Cela risque de perturber le téléspectateur et l’auditeur de France Info.

Règle numéro 10 : Les israéliens parlent mieux le français que les arabes. C’est ce qui explique qu’on leur donne, ainsi qu’à leurs partisans, aussi souvent que possible la parole. Ainsi, ils peuvent nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 9). Cela s’appelle de la neutralité journalistique.

Règle numéro 11 : Si vous n’êtes pas d’accord avec ces règles ou si vous trouvez qu’elles favorisent une partie dans le conflit contre une autre, c’est que vous êtes un dangereux antisémite.

>>Source : Libanews http://www.libnanews.com/

3 commentaires:

bech a dit…

salut,

je trouve votre blog tres interressant. j'ai moi meme un blog que je vous invite a visiter:

www.remarkze.blogspot.com

j'aimerais savoir comment vous avez mis le programme "email notification", pour envoyer les postes.

aussi j'aimerias savoir si ca vous interresse d'echanger les liens de nos site respectifs.

bon courage,
Bechir

Abu Lanjri Al Farrân a dit…

Et voilà, encore un pervers polymorphe.

Qui pratique l’échangisme : on commence avec un simple lien électro-nique, puis on finit par « swinger » sa femme, ou son doberman (ça dépend des goûts : en Arabie Séoudite ou à Koreytem, ils donnent plutôt dans les chameaux et les petits garçons soudanais…)

Et puis, ce mec est « barbudo » en plus, le genre « marxisto-shiite » subversif, un tiers-mondain (genre City Café à Râs Beyrouth) + deux-tiers-mondistes, du style « paix au Vietnam », « je condamne les crimes de guerre commis par Tsahal », « l’intolérance Wahhabite me révulse », « je suis contre les collabos du Tayar al-Moustaqbal et des FL », « moi, j’aime les enfants palestiniens » - alors qu’ils y a des petits blacks tellement plus sexy dans les bordels Hallâl Bet-Din de Riyad et Djeddah

Ce blog dégénère.

Un mouvement de redressement « national » soutenu par Bushmert et le roi Ibn Séoud s’impose !

Dr. Strida Gaga, Cheikh Saaaaad où êtes-vous ??

Djibrîl F, Lara C, Zouz where the heck are you when Yahweh’s “compassionate” thugs badly need you??

;))

trouvé sur windowinlebanon... héhéhé ^^ a dit…

[...] Sinon, une autre intéressante étude journalistique sur ce site, qui le tient d'un autre site, qui lui-même, etc, etc. Il s'agit de montrer que les médias occidentaux sont tous du côté d'Israël contre les Arabes. Je me suis servi de cette merveilleuse analyse pour prouver l'inverse et là, remiracle, ça marche ! Voici le fruit de mes réflexions basées sur cette extraordinaire grille de lecture :

Règle numéro 1 : Au Proche Orient, ce sont toujours les Israéliens qui attaquent les premiers et c’est toujours les Arabes qui se défendent. Cela s’appelle des représailles.

Règle numéro 2 : Les Israéliens n’ont pas le droit de tuer des civils de l’autre camp. Cela s’appelle du terrorisme.

Règle numéro 3 : Le Hezbollah a le droit de tuer les civils israéliens. Cela s’appelle de la résistance.

Règle numéro 4 : Quand Israël tue trop de civils, les puissances occidentales l’appellent à la retenue. Cela s’appelle la réaction de la communauté internationale. (celle-là, je ne la change pas)

Règle numéro 5 : Le Hezobllah n'a pas le droit de capturer des militaires israéliens, même si leur nombre est très limité et ne dépasse pas deux soldats.

Règle numéro 6 : Les Palestiniens ont le droit de tuer autant d'Israéliens qu’ils le souhaitent dans des attentats. Il n’y a aucune limite et n’ont besoin d’apporter aucune preuve de la culpabilité des personnes tuées. Il suffit juste de dire le mot magique "résistance".

Règle numéro 7 : Quand vous dites "Israël", il faut toujours rajouter l’expression « soutenu par les Etats-Unis».

Règle numéro 8 : Quand vous dites "Hezbollah", Il ne faut surtout pas rajouter après : «soutenu par la Syrie et l'Iran», car on pourrait croire qu’il s’agit d’un conflit déséquilibré.

Règle numéro 9 : Ne jamais parler de "Territoires occupés ", ni de résolutions de l’ONU, ni de violations du droit international, ni des conventions de Genève. Cela risque de perturber le téléspectateur et l’auditeur de France Info. (celle-là non plus, je ne la change pas, d'autant que le Liban ne les a pas signées, les conventions de Genève)

Règle numéro 10 : Les Libanais parlent mieux le français que les juifs. C’est ce qui explique qu’on leur donne, ainsi qu’à leurs partisans, aussi souvent que possible la parole. Ainsi, ils peuvent nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 9). Cela s’appelle de la neutralité journalistique.

Règle numéro 11 : Si vous n’êtes pas d’accord avec ces règles ou si vous trouvez qu’elles favorisent une partie dans le conflit contre une autre, c’est que vous êtes un ami personnel de Hassan Nasrallah.