3.8.05

L'Iran s'excite

Sayyed Hassan Nasrallah, le très respecté secrétaire général du hezbollah, a été reçu par les têtes d'affiche du pouvoir iranien. Il paraît, d'après nos charmants amis perses, que le Hezbollah n'est pas seulement un mouvement de réistance armé [qui garderait la légitimité de son armement jusqu'à la libération du territoire libanais, chose quasiment accomplie aujourd'hui] mais une FORCE POLITIQUE PUISSANTE ET ARMÉE, sous-entendant le caractère normal et naturel d'un mouvement chiite armé jusqu'aux dents dans un pays pacifié.

Petit récapitulatif:
-1982:: Israël envahit pour la première fois de son histoire une capitale arabe, Beyrouth, puis se retire jusqu'au fleuve du Litani, occupant une grande partie du sud du Liban [la "Zone de sécurité"!]
-1982 > 1991:: la résistance se forme, pluriconfessionnelle, elle englobe la plupart des partis de gauche, notamment le parti communiste libanais
-1991:: la Syrie vire le général Aoun du palais de Baabda à coups de raids aériens, les milices sont désarmées, les Forces Libanaises [extrême droite maronite] sont dissoutes et leur chef [Samir Geagea] jugé et incarcéré en 1994 [il a été libéré il y a deux semaines suite à une amnistie générale, conséquence du retrait syrien]


Le Hezbollah est désormais le seul parti libanais à avoir conservé ses armes. Il se perfectionne dans la guérilla sauvage, et développe ses institutions sociales. Le fait qu'il ne soit pas directement contrôlé par le gouvernement libanais évite à ce dernier les fureurs de Tsahal. Le système est intelligent, c'est en tout cas ce qui a été fait de mieux en termes de résistance au sionisme dans l'Histoire du monde arabe.

Quand l'armée israélienne se retire du Liban, le Hezbollah, qui n'a à priori plus besoin de ses armes, développe en coordination avec le régime syrien l'astuce des fermes de Chebaa, hameaux à l'origine libanais, occupés par la Syrie dans les années 50, puis par Israël [qui les considère syriens] pendant la guerre du Kippour.

Aujourd'hui, la société libanaise, qui était unanime à l'époque de l'occupation israélienne et soutenait le "Parti de Dieu", ne l'est plus, et beaucoup de voix s'élèvent pour demander, sinon la remise des armes du parti chiite, au moins l'expression par ce dernier de ses objectifs.

La petite phrase iranienne n'en est pas vraiment une petite. À suivre...

2 commentaires:

RomeoZZ a dit…

Le hezbollah a un seul but qui est de trandformer le Liban en un pays chiite où la charia sera appliquée comme en Iran. Il gardera toujours ses armes et ce n'est pas l'armée ou les fsi qui pourront les désarmer.

à bon entendeur...

shlon a dit…

Le hezbollah ne PEUT pas être belliqueux:: un pays cosmopolite comme le Liban, doté d'une quinzaine de communautés religieuses différentes et toutes d'une manière ou d'une autre minoritaire ne peut se faire homogénéiser par la force: si une seule des communautés constitue un danger pour les autres, ces dernières se ligueront automatiquement contre elle.

D'autant plus que par rapport à l'islamisation d'un système étatique, les premières barricades viendront des communautés de la même religion: si les chiites essaient de s'imposer, ils auront en premier à faire avec les sunnites. L'Arabie Saoudite ne laissera pour rien au monde le Liban se "chiitiser", et l'inverse est vrai pour l'Iran. D'où consensus: le président de la République chrétien, et les deux autres présidences chiite et sunnite. Et ce schéma a encore un bon bout de temps devant lui...

N'oublions surtout pas que le Hezbollah et le parti communiste sont les rares milices du temps de guerre qui ont été relativement exemplaires: peu d'exactions, peu de terrorisme contre les civils, peu de vols, de squatts, et autres coquineries...

De plus, le Hezbollah n'est jamais entré en guerre contre les autres factions libanaises [à part quelques altercations avec Amal, la milice de Nabih Berry, actuel -et éternel??- président de la chambre des députés]...

Finalement, celà ne justifie pas les armes aujourd'hui... Il est trop vrai que si la lutte contre Israël n'est menée que par le petit parti chiite, il n'y a pas vraiment à douter de l'issue d'un conflit sérieux...