21.9.06

Wednesday, September 20, 2006 Freedom is never having to say 'sorry'

The Spanish Inquisition, most people would agree, was a dark moment in the history of the Catholic Church. The Crusades were another moment universally perceived as being negative because they involved conquest in the form of wars of religion. Yet Christians do not erupt in anger whenever such criticism is publicly vented, whether the source of that criticism is Christian or not. Why should we treat any differently criticism of a particular phase, or a particular trait, of Islam, Judaism, or for that matter the behavior of any religion or country in the world ?
There is no reason to apply a different standard because Pope Benedict XVI quoted a medieval Byzantine emperor who made negative comments about Islam; or after the uproar caused by a Danish newspaper's publication of disparaging drawings of the Prophet Muhammad. Or, for that matter, after a Lebanese satirical program, "Bas Mat Watan," took aim at Hizbullah leader Sayyed Hassan Nasrallah a few months ago, provoking demonstrations by party supporters. The threshold for freedom of expression is becoming too low, and it needs to be raised again.
Depending on who says what in which context, there will always be a moment when a statement is considered "unacceptable." The threshold may be lower or higher depending on the case, and there is always a certain discretion left to resisting excess in speech. But it is also important at key moments to take a stance, otherwise the threshold for free speech will continue to be lowered. Those who request apologies and stronger penalties for free expression should be defeated in the court of public opinion. This won't happen if demands for apologies from those who have said something deemed controversial are persistently backed up by the public at large. This reality can only infuse certain topics with a sanctity that permits no criticism, in a way that would further curtail open debate.
Take the case of "Bas Mat Watan." I believe that it was the silence of most Lebanese leaders on the occasion of the angry demonstrations organized that evening by Hizbullah's supporters in Beirut that encouraged Nasrallah to carry on acting as if he were the leader of Lebanon on July 12, when he approved of the abduction of two Israeli soldiers without consulting anyone. When a politician cannot be criticized on television, then criticism becomes far more difficult when the stakes are much higher, as in the latest war against Israel. There, voicing criticism of Hizbullah, and the party's accepting this, should have been a crucial step in helping mend disagreements between the party and its domestic political partners.
In much the same way that I see no need to censor critics of the Crusades or the Inquisition, I do not feel that my religion is endangered, or my coreligionists humiliated, because, for example, someone has chosen to condemn Christian Zionists in the United States. By the same token, Benedict's speech was well within the bounds of decency, no matter how much I disagreed with its implications. My personal beef with the example the pope provided comes from the fact that, unlike the Byzantine emperor quoted, one must differentiate between a religion and the violence carried out in its name. But even if the quote was inappropriate, critics should be satisfied with discussing it, and strongly disagreeing if need be. Demanding an apology was unnecessary.
Beyond the quote chosen by Benedict, there is a more tragic dimension at play, one that concerns the fate of Christians in the Middle East. For the past half-century, the region's Christians have been increasingly threatened by a specific type of religious intolerance supported by extremists in the Muslim and Jewish communities. This is a situation which needs to be remedied, and a way to do so is to stop lowering the threshold of freedom of expression whenever Islam or Judaism is discussed in public.

Chibli Mallat is a candidate for the Lebanese presidency and a visiting professor at the Woodrow Wilson School of Princeton University. He wrote this commentary for THE DAILY STAR.

15 commentaires:

shlon a dit…

ce [plutot cool] chebli oublie que la masse, quand elle est d'un niveau donne d'education + elasticite mentale, a un behavior different.

on sait tous quel behavior a la masse musulmane, qui regroupe des pays des plus pauvres, ou le niveau d'education est le plus bas [indonesie et pays asiatiques, pays arabes etc] quand on touche a l'islam.

on a eu un precedent [avec les caricatures], alors c'est tout a fait CON qu'un PAPE se mouille les pieds dans la merde... c'est CON :)

Sinon, on ne peut que comparer avec les masses chretiennes du moyen-age. Aujourd'hui, la comparaison ne tient plus :) les chretiens d'europe sont presque tous plus laiques qu'autre chose, meme en version ultra-religieuse...

On pourrait eventuellement essayer de provoquer chretiennement les contrees pauvres d'amerique du sud, pour voir ce que ca donnerait... aller lacher un mollah qui dirait que jesus est un pete qui fume des joints et qui serait homo etc...

juste pour voir...

(...) a dit…

Le pape est con, i agree, et en plus, pas sympathique, mais il faudrait que les extrémistes, quelle que soit leur religion, apprennent, et il est grand temps, a cohabiter avec la freedom of speech. Pas a chaque fois que quelqu’un toussote, on va casser, brûler, tuer et exiger des excuses. Ce n’est pas par la force qu’on se fait réellement respecter ! si le coran est si mal compris et ne sait pas tenir ses fidèles (…) Je me pose de sérieuses questions.

yy a dit…

les talibans ont détruit les statues de Bouddha et la majorité des Bouddhistes sont pauvres.

(...) a dit…

Non mais sérieusement, ils vont ou les musulmans du monde ??? pas très futés les gars. Ça va de mal en pis ! on les aime pas de plus en plus…il a vraiment pas pensé à tout Mahomet (salla llahou aleyhi wa sallam : ) fallais rajouter quelques versets sur le management, l’image de marque, les politiques de communications, penser plus ses packagings féminins…

shrrr a dit…

shu shlon? "al 3ayn fil 3ayn wel senn bel senn?"
pas obligé d'aller jetter une fettayché en amerique du sud parceque la reaction sera idem a celle de la carricure et co. mais c'est evident t'a raison.
mais ce quil fo faire, c'est interdire les hommes de religion de parler politique, ET EN PLUS "DES CONNERIES".
je pense ko fond, je suis contente ke le pape ait dit ce kila dit, ca appuie encore plus l'idée : que les religieux se mellent de la religion et uniquement de la RE-LI-GI-ON.
mais ils ont toujours pas compris ke lorcequ'un polititien parle religion: ca brule
et lorcequ'un religieux parle politique : ca pu
mais kand meme!!!yala its now or never, il fo utiliser cette connerie pour notre propre bien...separer religion et politique

shrrr a dit…

ils comprendrons que dans les deux cas, ils sont cons. c'est simple comme bonjour...

(...) a dit…

Je crois que le pape devait être plus conscient du poids de ses paroles et de leurs retombées dans le monde…Mais

Pourquoi le pape ne devrait-il pas parler politique ? n’a-il pas un statu politique à Rome et dans le monde ?
On ne cesse de nous ressasser que les hommes religieux ne devraient pas se mêler à la politique. Pourquoi ? parce qu’ils ont des soutanes ? en quoi Nasrallah est différent du pape ? il couche ? en quoi les fous qui se font exploser au nom d’Allah sont différents du pape ? pourquoi eux ils ont le droit de parler politique ? je ne comprends pas…Il faut être hâté pour parler politique ou croire en cravate ?
Pourquoi nous on a le droit de parler politique ? on est moins con que le pape ?

Il ne nous reste plus qu’à faire la charte de qui a le droit de dire quoi…

(...) a dit…

et puis, shrr: comment peux-tu separer religion et islam? hein? la religion est la BASE de la politique dan le monde! pfff

(...) a dit…

(...)separer politique et islam(...)

shlon a dit…

shrrr >> parfois, il est inutile d'insister :)

yiyi >> le bouddhisme, approfondis-en tes conaissances, puis fais l'intelligent[e] :)

Grande nuance entre religions monothéistes et religions ego-centrées qui partent du Soi, et qui amitionnent à l'atteinte de l'harmonie. Les fous, c'est ceux qui reçoivent des ordres du CIEL :) BOUHH LE CIEL, L'ENFER, ATTENTION, LE DIABLE, HOUUUUUUU...

Tu comprends pas, non?

(,,,) >> si, troipoin, si... tu n'as qu'à imaginer [pour peu que tu puisses] le monde à l'envers, appliquant le Coran aux occidentaux [disons que Mo est venu avant Djizeus], et la Torah aux arabes [disons que Moussah est venu en dernier]. Oké?

Les partisans de Moussah sont des tribus, vivant dans le désert. Leur code social est très strict [c'est une des features de la survie dans un environnement aussi hostile que le désert], leur code de l'honneur est très élevé, les protocoles sont rigides... tu regardes un chef de tribu de travers, il assassine ta tribu...

de là se sont développées les sociétés arabes du Golfe d'aujourd'hui... Il faut leur donner du temps... Ils viennent de comprendre ce que sont les bagnoles, l'école américaine, les hamburgers, les khalyawis, l'adsl, etc etc...

Le soleil, la chaleur, le tribalisme, le caractère ombrageux mais fidèle du dromadaire, sa résistance aux climats extrêmes, autant de facteurs qui n'ont pas grand chose à voir avec Moe et son bouquin...

Mais je pense que ça aussi, c'est trop demander...

yy a dit…

Shlon: je ne suis pas d'accord. tu es en train de confirmer les propos du monsieur que le pape a cité. Que la violence est inhérente à la nature de l'islam (puisque c'est une religion monthéiste comme toutes les autres).

shrrr a dit…

shlon>>> J'insistes ;)

(:..:..:)>>>>oulala, mais ki au nom de ton dieu a dit ke je reffuse uniquement ke le pape parle de politiques? jcroi pas que j'avais besoin d'additionner toute la liste des autres hommes religieux pour que tu comprennes (je n'ai jamais retenu ma table d'addition!!), et puis il a certainement un status politique, sachant que le vatican est l'un des bureaux de moukhabarat le plus grand au monde! L'ARMEE NOIRE,L'ARMEE D'EUROPE!
et puis oui, mais oui et milles et milles OUIII, bien sur que "la religion est la BASE de la politique dans le monde" et c'est ca le problème! pfff sur toi :)

shrrr a dit…

puis repondant sur "Il ne nous reste plus qu’à faire la charte de qui a le droit de dire quoi…"
dans une ceremonie universitaire, qui a pris uniquement 2h de temps,de remise de diplome au liban,le directeur s'est permis de repondre au pape pendant son discours de 25 minutes.ce qui veut dire le quart de la ceremonie (oui j'ai retenue ma table de division!).
tu pense que lui a le droit de le faire? et bien moi je me suis sentie assise devant ma telé en pyjy's regardant une emission politiquo-religieuse lors de la remise de mon diplome!!!! non mais franchement, tu pense que lui avait le droit de parler à ce sujet là?
shlon please, fait une charte de "qui a le droit de dire quoi et surtout QUAND"

(...) a dit…

:) shrrr, tu es mignonne...

Anonyme a dit…

Christians in Lebanon are a small minority who have control of the Presidency,the Army, and most of the plutocratic feudal family fortunes in the land.If not fundamentalists, they do not practice religion at all or very hypocritically and it is this lack of a genuine moderate community that make seem excessive the rightful indignation of Muslims who are themselves genuine believers and take tolerance very very seriously.Freedom of expression has nothing to do with this reaction.